ANNALES DE L'INRAT :

Présentation

Les "Annales de l'INRAT", revue trilingue (Français, Anglais et Arabe), publient des articles originaux de recherche et de synthèse ainsi que des notes de recherche relatifs aux sciences agricoles.
Les travaux publiés couvrent les différentes disciplines des sciences agronomiques et socio-économiques. Ces travaux sont évalués par un comité scientifique de chercheurs nationaux et internationaux.

Comité de rédaction

- Directeur de la revue : Mohamed BEN HAMOUDA

-Rédacteur en chef : Sonia BEDHIAF-ROMDHANI

-Secrétariat Scientifique : Salah BENYOUSSEF


Echanges

Toute correspondance concernant l'échange doit être adressée à :

l'INRAT, Unité d'Information et de Documentation Scientifiques.

Rue Hédi Karray, 2049 Ariana. Tunisie.



SOMMAIRE (Volume90. 2017)

Insectes émergeants: échange non contrôlé ou changement climatique? Comment prévenir?
BOUKHRIS-BOUHACHEM Sonia Laboratoire de Protection des Végétaux, Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie Auteur correspondant: soribou@yahoo.fr

RESUME

Avec les échanges de matériel végétal non contrôlé et le commerce international, l’agriculture mondiale et la santé humaine se trouvent confrontées aujourd’hui à l’invasion de nouveaux insectes ravageurs. Nous abordons, ici les principaux facteurs d’émergences de maladies et insectes qui comprennent, la démographie et la concentration urbaine, les pratiques agricoles, la mondialisation des échanges de biens et de marchandises, la progression du transport aérien, le changement climatique et la biodiversité. Dans le cas des nouvelles invasions d’insectes et pour améliorer les chances de survie des cultures, il est essentiel de savoir reconnaître les éléments de dépistage de leur présence et d’avoir une forte volonté politique pour les gérer et intervenir le plus tôt possible pour limiter leur distribution. Ceci implique une prise de conscience des agriculteurs du danger encouru et de l’installation d’une quarantaine interne (intra et extra régionales) stricte. Comment faire face aux ravageurs émergeants? Ne faut-il pas utiliser de nouveaux outils et créer de nouvelles spécialités? Voire favoriser l’établissement de modèles de prévision pour l’analyse du risque, le développement de la génétique des populations et l’utilisation du GIS (Système d’Information Géographique) ? Cette approche nécessite la création d’une base de données pour chaque insecte important économiquement, pour connaître son abondance, son aire de distribution, ses dégâts afin de prédire l’évolution de la colonisation de l’espace et son impact sur les cultures. Les modèles une fois établis permettent aussi de bien choisir et positionner les méthodes de lutte appropriées selon le comportement de l’insecte dans son nouveau milieu. En ce qui concerne les pucerons, nous avons déjà un réseau de piégeage qui permet la détection rapide des nouvelles espèces et l’anticipation des invasions exotiques. Une base de données de 11 années est disponible pour construire un modèle de prédiction des risques. Les pucerons sont aussi des vecteurs de maladies bien évidemment liés aux maladies émergeantes et souches de virus en évolution. L’utilisation de la génétique moléculaire pourrait assurer une meilleure compréhension de la biologie des insectes par l’étude des structures génétiques en fonction des systèmes de reproduction, la paléontologie et l’évolution. Le GIS, permet, également, de suivre la progression de l’insecte grâce à des logiciels de gestion des cartes géographiques et l’évaluation de leur impact sur le rendement.Ce sont toutes ces approches multidisciplinaires dans une équipe de recherche qui pourraient aider l’entomologiste à la prise des décisions et à la réussite de la lutte. Mots clé: Annales de l'INRAT, volume 90, 2017. ISSN : 0365-4761 BOUKHRIS-BOUHACHEM (2017)
Assimilation azotée chez le blé dur (Triticum durum Desf.) sous différents régimes hydriques et azotés
Hatem CHEIKH M'HAMED, Mourad. REZIG, Mohamed ANNABI1, Mbarek BEN NACEUR

RESUME

Un essai en plein champ a été réalisé afin d’étudier l’effet combiné de différents régimes hydriques (0 % ETM, 40 % ETM, 40 % ETM et 100 % ETM) et de doses croissantes d’azote (0 kg N/ha, 50 kg N/ha, 100 kg N/ha et 150 kg N/ha) sur la production de la matière sèche totale, la teneur en chlorophylle et l’activité de nitrate réductase (ANR) des feuilles du blé dur. Les résultats ont montré que les valeurs les plus élevées des paramètres étudiés ont été obtenus pour le traitement 100 % ETM (D1) combiné avec 150 kg N/ha (N1). La matière sèche totale la plus élevée (1362 g m-2) a été enregistrée à la moisson chez le traitement D1N1, alors que celle la plus faible (850 g m-2) a été obtenue en pluvial (0 % ETM) et sans apport azoté (0 kg N/ha). La teneur en chlorophylle totale diminue avec l’augmentation de l’intensité du stress hydrique. Quant à la teneur la plus élevée, elle est observée pour l’irrigation 100 % ETM (D1) et ce pour tous les régimes azotés testés (150 kg N/ha, 100 kg N/ha, 50 kg N/ha et 0 kg N/ha) avec des valeurs de 56, 54, 53 et 51 µg/cm2 respectivement. Finalement, l’ANR a été réduite en condition pluviale (0 % ETM) et sous le régime hydrique modéré (70 % ETM) par rapport au régime D1 (100 % ETM), respectivement de 21 % et 31 %. Une réduction plus importante est enregistrée en pluvial (0 % ETM) et en absence de la fertilisation azotée (0 kg N/ha) par rapport au régime irrigué de 100 % ETM combiné avec un apport azoté de 150 kg N/ha. L’assimilation azotée du blé dur est fortement affectée par l’irrigation et les quantités d’azote apportées.
Mots clés: Matière sèche Totale, Teneur en Chlorophylle, Activité de Nitrate Réductase, irrigation, Azote.
Caractérisation agro-morphologique d’une collection tunisienne de lignées pures de féverole
Mariem BOUHADIDA, Imen CHELBI, Hanene SAKKOUHI et Mohamed KHARRAT

RESUME

La caractérisation de 76 lignées pures (LPF) de féverole (Vicia faba L. var. minor) a été effectuée en se basant sur l’étude de 36 caractères agro-morphologiques. Cette caractérisation a été complétée par une évaluation du taux de protéines totales dans les graines. L’analyse de la variance a montré des différences hautement significatives entre les lignées de fèverole pour tous les paramètres quantitatifs mesurés. D’autre part l’analyse descriptive a montré que les caractères tels que le poids des graines par plante et le nombre total de graines par plante présentent les plus grandes valeurs de coefficient de variation. Par contre, le nombre de jours à la floraison et le nombre de jours à la maturité ont les plus faibles variations du coefficient de variation. L’analyse en composantes principales (ACP) a montré que les paramètres qui contribuent le plus à la discrimination entre les lignées pures sont ceux associés au rendement tels que le nombre total de gousses par plante, le nombre total de graines par plante et le poids moyen de graines/gousse. Les caractères morphologiques comme la largeur et la longueur de la foliole et le nombre de fleurs par inflorescence contribuent également à la variabilité entre les lignées étudiées. Les caractères qualitatifs telles que la pigmentation anthocyanique de la tige, la couleur de la graine et la réflectance de la surface des gousses sont aussi impliquées dans cette discrimination. L’analyse factorielle de correspondance (AFC) a montré que le faible taux de protéines est lié au rendement alors que le taux élevé de protéines est lié aux paramètres morphologiques.
Mots clés:Lignées de féverole, Caractérisation agro morphologique, Teneur en protéine, Diversité.
Caractérisation agro-morphologique et moléculaire de quelques lignées de pois
(Pisum sativum L.)
Faten SRARFI BEN AYED1*, Mariem BOUHADIDA1*, Imen SAADI1, Hanene SAKKOUHI1 et Mohamed KHARRAT1 *: les auteurs ont contribué équitablement à ce travail 1. Université de Carthage, Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie, Laboratoire des Grandes Cultures, Rue Hédi Karray 2080, Ariana, Tunisie (Auteur correspondant: faten.srarfi@gmail.com)
RESUME

La caractérisation agro-morphologique de 19 lignées de pois protéagineux a été réalisée en se basant sur l’évaluation des caractères morphologiques et agronomiques se rapportant au développement végétatif et floral de l'espèce. Une analyse descriptive a été effectuée pour étudier la variation des caractères morphologiques. Cette analyse n’a pas montré une grande variabilité entre les individus étudiés. Une analyse en composantes principales (ACP) des 19 génotypes basée sur les caractères agronomiques a été également réalisée. Cette analyse nous a donné trois axes expliquant 70,10% de la variation totale. La séparation des génotypes selon les deux premiers axes a permis le groupement des génotypes en quatre groupes. Les génotypes de chaque groupe se rapprochent entre eux par des caractères agronomiques similaires. Une caractérisation moléculaire des 19 lignées a été également effectuée en utilisant six marqueurs moléculaires du type SSR (Simple Sequence Repeat). Cinq SSRs parmi les six étudiés ont donné de bons profils électrophorétiques et ont permis de séparer 18 génotypes des 19 analysés. Seulement les 2 marqueurs les plus polymorphes (PSMPSAA205 et PSMPSAD126) ont permis d’identifier les mêmes 18 génotypes. Le dendrogramme issu de l’analyse des 5 SSRs a permis de séparer les génotypes en deux grands groupes en fonction de leur similarité génétique. Les génotypes classés au sein du même groupe partagent certains caractères agro-morphologiques.
Mots clés: lignées de pois protéagineux, morphologie, agronomie, marqueurs SSR, ACP.
Effet des prétraitements sur la réponse à la culture d’anthères des variétés tunisiennes d’orge (Hordeum vulgare, L.)
Ali LTIFI, Ameni OUESLATI et Houda NSIR Laboratoire de biotechnologie appliquée à l‘agriculture Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie (INRAT).Rue Hédi Karray, 2049 Ariana, Tunisie. Auteur correspondant: ltifi_ali@yahoo.fr Les auteurs ont contribué équitablement au présent article
RESUME

L’androgenèse par culture d’anthères de 7 variétés d’orge, dans 3 milieux d’induction solides et semi liquide et sous 3 prétraitements physiques et chimiques a été étudiée. Les milieux solides G et Bac3, ainsi que le milieu Bac3 semi liquide ont été favorables à l’induction de l’androgenèse chez toutes les variétés testées. La régénération des structures embryogènes induites sur le milieu Bac3 solide a été meilleure que celle induites sur le milieu Bac3 semi liquide ou le milieu G. Le traitement des épis au froid à 4°C pendant 4 semaines a donné une meilleure induction de l’androgenèse que le traitement au froid pendant 2 semaines seul ou combiné avec un traitement au mannitol 0,3M.
Mots clés: Androgenèse, orge, haploïde, culture d‘anthères, prétraitement
Extraction d’ADN du palmier dattier: optimisation et influence des principaux paramètres
Hajer SNOUSSI
Laboratoire d‘Horticulture, Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie (INRAT). Rue Hédi Karray, 1004 Tunis, Tunisie Auteur correspondant: hagersnoussi@gmail.com
RESUME

En Tunisie, le palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) occupe une place stratégique dans la stabilité socioéconomique de l’agrosystème oasien. Les techniques impliquant les marqueurs moléculaires sont largement utilisées pour étudier les polymorphismes de l’ADN allant des études de phylogénie jusqu’à celles analysant la diversité génétique des populations. Ces études sont réalisées sur un grand nombre de génotypes et il devient essentiel de minimiser les étapes qui consomment beaucoup de temps, de matériel végétal et de produits chimiques. Par ailleurs, la quantité et la qualité de l’ADN doivent être appropriées pour une utilisation ultérieure en PCR. L’extraction de l’ADN de P. dactylifera est difficile. Plusieurs protocoles d’extraction ont été testés et un protocole optimisé est proposé pour une extraction d’ADN de qualité à partir des feuilles du palmier dattier.
Mots clés: palmier dattier, ADN, PCR, extraction
Effets du mode de pollinisation sur la productivité et les caractéristiques des fruits de trois variétés auto-fertiles d’amandier (Prunus dulcis (Mill.) D.A.Webb)
Hassouna GOUTA1, Hichem KALEL2, Ibtissam LAARIBI2, Mouna AÏACHI1, Mohamed GOUIAA2
1 Institut de l‘Olivier, BP: 014, 4061- Sousse 2 Institut Supérieur Agronomique de Chott-Mariem BP: 47, 4042 Chott-Mariem- Sousse Auteur correspondant : zalaouz@yahoo.fr
RESUME

Pour tester l’effet de l’origine du pollen et du mode de pollinisation sur les paramètres de fertilité et les caractéristiques du fruit, les taux de nouaison et de rétention ont été calculés chez trois variétés auto-fertiles d’amandier ‘Mazetto’, ‘Lauranne’ et ‘Supernova’ ayant subit deux modes de pollinisation. L’essai a été mené dans la région de Meknessy Gouvernorat de Sidi Bouzid dans le centre ouest Tunisien sous bioclimat aride supérieur. Les rameaux de ces différentes variétés ont été ensachés au stade bouton rose (autopollinisation), marqués sans aucun traitement (pollinisation libre) ou encore ont subi une castration des fleurs puis pollinisés par du pollen d’une autre variété (pollinisation croisée). De plus, un suivi de la cinétique de croissance des fruits (longueur, largeur et épaisseur) en fonction du temps a été réalisé chez les trois variétés pour les différents modes de pollinisation. Les résultats ont montré qu’il n’y a pas de différence significative entre les taux de nouaison et de rétention pour la pollinisation libre et l’autopollinisation et ce chez les trois variétés. D’autre part, des différences significatives ont été observées pour certaines dates au cours de la croissance du fruit pour les paramètres de croissance chez toutes les variétés étudiées. Finalement, nos résultats soulignent un effet significatif de la pollinisation croisée sur la longueur finale des fruits d’amandier issus de la variété ‘Supernova’ et démontrent une bonne adaptation des deux variétés ‘Mazetto’ et ‘Supernova’ aux conditions de l’aride Tunisien.
Mots clés: Prunus dulcis (Mill.) D.A.Webb, Auto-compatibilité, Verger monovariétal, Origine du pollen, Rameux ensachés.
Variation qualitative et quantitative du profil lipidique des feuilles de Rosa moschata Herrm cultivée sur différents sols du Nord de la Tunisie
Saloua OUERGHEMMI1, Sana DALLALI1, Ahmed MARICHALI1, Karima DHAOUADI1, M. HAMMAMI, Wafa MEDFAI1, Hela BELHAJ LTAIEF1, Moufida SAIDANI TOUNSI et Houcine SEBEI1
1 Département de Production Agricole, Ecole Supérieure d‘Agriculture de Mograne, 1021 Mograne, Tunisie 2 Laboratoire des Substances Bioactives. Centre de Biotechnologie au Technopôle de Borj-Cédria (CBBC), BP 90, 2050, Hammam-Lif, Tunisie 3 Institut Supérieur de Biotechnologie de Monastir, Avenue Taher Haddad, BP 74, 5000 Monastir, Tunisie Auteur correspondant : sebei.houcine@gmail.com
RESUME

Les accessions de Rosa moschata étudiées dans trois régions du nord de la dorsale tunisienne montrent des variations dans les paramètres physicochimiques des sols. En effet, la texture limoneuse des sols de Zaghouan diffère de ceux de Nabeul et Bizerte (sableuse).Les sols de ces dernières régions sont plus riches en matière organique avec des rapports C/N plus faibles. La composition lipidique dans les feuilles des trois accessions a été évaluée en déterminant les rendements et les profils en acides gras. Les résultats montrent que les teneurs en lipides totaux varient significativement entre les régions et elles sont plus élevées chez l’accession de Zaghouan (3,18% contre 2,48 et 2,15% chez les feuilles de R. moschata cultivées à Nabeul et à Bizerte respectivement). Au total, 13 acides gras ont été identifiés. Les régions de Nabeul et de Bizerte sont caractérisées parl’acide linolénique (C18:3) qui représente 36,54 et 29,41%, respectivement alors que le profil en acides gras des feuilles de l’accession de Zaghouan est dominée par l’acide palmitique (C16:0) (26,39%). Les corrélations entre les paramètres lipidiques et édaphiques montrent que le rendement est positivement corrélé avec les pourcentages de limon, calcaire total et calcaire actif (0,795, 0,795 et 0,8 respectivement) et il est négativement corrélé avec le pH (-0,922), le rapport C/N (-0,844) et la teneur de matière organique (-0,928). Les acides laurique (C12:0), palmitique (C16:0) et oléique (C18:1) sont négativement corrélés avec les sables (-0,808, -0,967 et -0,954), le pH (-0,913, -0,748 et -0,77),respectivement.L’acide linolénique est négativement corrélé avec les Limons (-0,721) et les argiles (-0,749) et les calcaires total et actif (r= -0,859 et r= -0,835 respectivement) mais il est corrélé avec les sables (r= 0,781) et la matière organique (r=0,767) ainsi que le rapport C/N (r= 0,886).
Ces caractéristiques sont détectées à Nabeul.La classification hiérarchique des différentes provenances a permis de confirmer les résultats déterminés par l’ACP et de réveler par conséquent la ségrégation des plantes étudiées en deux groupes ; l’un représentant R. moschata cultivée à Zaghouan et l’autre unissant les plantes issues des deux régions : Nabeul et de Bizerte.
Mots clés : Rosa moschata, Caractéristiques édaphiques, Composition lipidique, Zaghouan, Bizerte, Nabeul.

Comment améliorer la productivité du piment doux en Tunisie face au changement climatique?
Thouraya R‘HIM et Leila RADHOUANE
Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie (INRAT). Rue Hédi karray, 1003, EL Manzah, Tunis, Tunisie Auteur correspondant: thouraya.rhim@yahoo.fr
RESUME

Les menaces liées à la variabilité climatique et à la dégradation de l’environnement dans les régions arides et semi-arides sont de nature à porter atteinte à la sécurité environnementale et alimentaire. En effet, parmi l’ensemble des facteurs bioclimatiques qui régissent le fonctionnement des écosystèmes, le déficit de pression de la vapeur d’eau est une composante dont il faut prévoir les modifications et quantifier les conséquences. Ce paramètre dépendant de la température et de l’humidité de l’air, est fortement influencé par les changements climatiques qui s’opèrent dans la région méditerranéenne et semble agir de façon directe ou indirecte sur les cultures.En Tunisie, la culture de piment de saison se développe durant la plupart du temps dans des conditions climatiques difficiles traduites par des insolations importantes, des températures de l’air élevées, souvent supérieures à 30°C et une hygrométrie de l’air faible fréquemment inférieure à 50%. Ces conditions difficiles auxquelles il faut ajouter l’élévation actuelle de la température, sont défavorables à la croissance de la plante et à la production aussi bien sur le plan quantitatif que qualitatif. A cet effet, il faudrait mettre au point des techniques qui estompent ou réduisent ces effets climatiques défavorables afin de protéger les cultures. Parmi ces techniques, l’ombrage a été testé sur la culture du piment. L’objectif donc de cette étude est de comparer le rendement du piment doux en plein champs et en culture ombragée.Les résultats obtenus ont montré que l’usage d’une toile d’ombrage a réduit le rayonnement global de 50%, a diminué la température maximale de 10°C et a créé un microclimat différent de celui de plein champ et qui est plus favorable à la production de piment.
Mots clés: Changement climatique- Température- Humidité de l‘air- Piment
Etude de l’interaction génotype × niveaux de production chez les bovins laitiers en Tunisie
Abir HAMROUNI et M‘Naouer DJEMALI
Institut National Agronomique de Tunis. 43, Avenue Charles Nicolle 1082 -Tunis- Mahrajène Tunisie Auteur correspondant : abirturki@yahoo.fr
RESUME

Afin d’enquêter sur la présence de l’interaction Génotype × Niveau de production pour la production laitière à 305 jours, les quantités de matière grasse et de matière protéique des vaches Holstein en Tunisie, les données ont été classées en trois niveaux de production: faible, moyen et élevé. Seules les données des taureaux ayant des filles dans les trois niveaux ont été utilisées dans chaque analyse où un total de 74 taureaux a été retenu. Dans cette étude, deux modèles différents ont été appliqués pour quantifier l’interaction Génotype × Niveau de production : le modèle à deux variables et le modèle multivarié. Les composantes de la variance ont été estimées par la méthode REML (Maximum de Vraisemblance Restreinte). Les variances génétiques et résiduelles du lait, de la matière grasse et de la matière protéique varient avec le niveau de production en Tunisie. Les différences entre les composantes des variances obtenues ont mené à des différences au niveau de l’héritabilité. Les estimations les plus élevées de l’héritabilité du lait à 305 jours et de la matière grasse et de la matière protéique ont été trouvées dans le niveau à production élevée (0,27, 0,18 et 0,23 respectivement) alors que les estimations les plus faibles ont été associées à des faibles niveaux de production (0,11, 0,07 et 0,11 respectivement). Une grande G×E a été observée pour tous les caractères étudiés avec des corrélations génétiques inférieures à 0,80 entre les niveaux de production en Tunisie. Les corrélations de rang Spearman (de 0,08 à 0,50) confirment les résultats trouvés par l’estimation des corrélations génétiques en indiquent un important reclassement des génotypes par niveau de production. Les résultats de cette étude indiquent que la production de lait, de la matière grasse et de la matière protéique des filles des mêmes géniteurs dépend fortement de l’environnement de production.
Mots Clés : Interaction, Génotype, Milieu, Holstein, Lait
Caractérisation du potentiel laitier de la vache Holstein Frisonne en Tunisie et actualisation des coefficients d’ajustement.
Nabil SOUMRI et Sonia BEDHIAF-ROMDHANI
Laboratoire des productions Animales et Fourragères, Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie, Rue Hédi Karray 1004 Menzeh, Tunisie. Auteur correspondant: soumri@gmail.com
RESUME

L’objectif de cette étude est de caractériser les performances de production laitière et la composition du lait de la vache Holstein frisonne en Tunisie, et d’étudier les principaux facteurs du milieu qui influencent la production en vue d’actualiser les coefficients d’ajustement permettant de corriger les biais causés par ces facteurs et de procéder une comparaison objective entre animaux. Un fichier sur les contrôles laitiers enregistrés entre 2000 et 2014 a été utilisé. Il renferme les résultats de contrôle de 61369 lactations complètes réalisées par des vaches de race Frisonne-Holstein nées entre 1994 et 2011, appartenant à 43 troupeaux laitiers répartis sur trois régions différentes: le nord-est, le nord-ouest et le centre de la Tunisie. Les résultats montrent que, la durée de lactation est courte avec une moyenne de 285 jours (±66 jours), la moyenne de la production laitière est de 6035 kg (± 1898 kg), celles de la matière grasse et de la matière protéique sont respectivement de 196 kg (±62 kg) et 181 kg (±57 kg). La durée de lactation, l’âge au vêlage, le mois de vêlage et le numéro de lactation sont des sources de variation importantes de la production laitière, la matière grasse et la matière protéique mais leurs effets sur les taux (butyreux et protéique) sont variables d’un facteur à un autre. Des coefficients d’ajustement multiplicatifs ont été estimés à partir des résultats de l’analyse des performances par la méthode des moindres carrés rendant la comparaison entre animaux dans le temps, inter ou intra-troupeaux plus objective.
Mots clés : Bovin, lait, facteurs du milieu, coefficients d‘ajustement.
Estimation in vivo de certains paramètres de laqualité de la carcasse des béliers de race Barbarine recevant des régimes supplémentés de feuillage d’Artemesia herba alba ou de Rosmarinus officinalis
Imen BAAZAOUI1, Nabil SOUMRI, Zeineb CHOUIKH, Samia KHNISSI, Narjess LASSOUED, Sonia BEDHIEF-ROMDHANI
1Faculté des Sciences de Bizerte; Université de Carthage 2INRAT, Laboratoire des Productions Animales et Fourragères, Tunisie 3 Ecole supérieure d‘Agriculture de Mateur; Université de Carthage *Auteur correspondant: bedhiaf.sonia@gmail.com

RESUME

L’objectif de cette étude est d'évaluer l’effet de l’incorporation dans une ration du feuillage d’Artemisia herba alba (armoise blanche) et Rosmarinus officinalis (romarin) sur l’estimation in vivo de la qualité de la carcasse des béliers de race Barbarine. L’expérience a été menée sur 24 béliers de race Barbarine pendant une durée de 70 jours. Ils ont été répartis en 4 lots homogènes (Poids vif initial 53,23 ? 5,66 kg) et ont reçu 1,2 kg /j de paille d’orge et 0,6kg de grains d’orge. Le groupe témoin a reçu uniquement ce régime (T) alors que pour les trois autres groupes ce régime a été additionné de 0,2 kg de feuilles fraiches de Rosmarinus officinalis (R), ou de 0,2 kg d’Artemisia herba alba (A) ou un mélange de 0,1 kg de chaque PAM (RA). La composition chimique des aliments utilisés a été déterminée. L’estimation in vivo de la qualité de la carcasse a été faite en mesurant le poids vif (P), la note d’état caudale et dorsale (NC et ND) et les mesures échographiques de l’épaisseur du muscle et de gras (EM et EG).Les résultats ont montré que pas de différence significative a été observé entre les lots ayant des régimes supplémentés d’armoise ou de romarin sur le gain de poids total, note d’état corporel et l’épaisseur du gras dorsale(p>0,05). Les mesures ultrasons de muscle dorsale des béliers du lot (R) est similaire au lot témoin. L’effet individuel des béliers et le facteur période et son interaction avec le régime ont une incidence beaucoup plus claire que les régimes sur les différents paramètres. La supplémentation des feuillages frais de romarin et d’armoise blanche dans des régimes iso-énergétique chez des béliers de races Barbarine n’a pas influencé les caractéristiques in vivo de la qualité de la carcasse.
Mots clés : Artemisia herba alba, Rosmarinus officinalis, in vivo, qualité de la carcasse.
Effect of increasing levels of sodium chloride in drinking water on intake, digestion and blood metabolites in Barbarine sheep
Ibrahim YOUSFI1,2 et Hichem BEN SALEM1 1 Institut National de la Recherche Agronomique de Tunisie (INRAT), Université de Carthage, Laboratoire des Productions Animale et Fourragère, INRAT, Rue Hédi Karray, 1004 EL Manzah, Tunis, Tunisie 2 Institut National Agronomique de Tunisie (INAT), Université de Carthage, 43 Avenue Charles Nicolle, 1082 Tunis, Tunisia Auteur correspondant: bensalem.hichem@yahoo.com

RESUME

Effet de niveaux croissants de chlorure de sodium dans l’eau d’abreuvement sur l’ingestion, la digestion et les métabolites sanguins chez le mouton de race Barbarine Cette étude de 3 semaines vise à déterminer l'effet de l'eau d'abreuvement salée sur l'ingestion et la digestion chez le mouton. Trois groupes de cinq béliers Barbarins chacun, recevant quotidiennement 400 g d'aliment concentré et du foin d'avoine à volonté, ont été aléatoirement soumis à trois régimes d'abreuvement : le groupe 1 (témoin) avait libre accès à l'eau de robinet tandis que les groupes 2 et 3 recevaient la même eau enrichie de, respectivement, 11 et 15 g NaCl/l. La consommation d'eau a augmenté (P?0,01) dans les groupes 2 et 3. La diminution de l'ingestion totale de la matière sèche (MS, P?0,01) dans ces groupes a été opposée à une augmentation de la digestibilité apparente de la MS (P=0,078), de la MO (P=0,073) et des MAT (P=0,011) de la ration. Le bilan azoté est resté positif avec tous les traitements allant de 4,8 à 6,3 g/jour. L’addition de sel dans l'eau d'abreuvement, principalement avec 11 g NaCl/l, a entraîné une diminution de l'ingestion (P=0,017) et de l'excrétion fécale (P=0,005) d'azote, alors que l’excrétion urinaire d’azote (P=0,024) et la synthèse d’azote microbien ont augmenté (P=0,03). La concentration de l'azote ammoniacal dans le rumen n'a pas été affectée (P?0,05) par la salinité de l'eau. Le nombre de protozoaires dans le rumen a diminué (P=0,03) chez les béliers du groupe 2, avant (0 h) et 4 h après la distribution du repas. Les concentrations plasmiques de l'albumine, des protéines totales et des triglycérides n'ont pas été affectées (P?0,05) par les différents traitements, cependant celles de l'urée, de la créatinine, du glucose (P=0,01) et l'activité de la gamma-GT (P=0,04) ont augmenté chez les moutons buvant l'eau salinisée. On a conclu que l'exposition à court terme (21 jours) des béliers Barbarins à la salinisation de l'eau d'abreuvement (11 ou 15 g NaCl/L) affecte l'ingestion et la digestion.
Mots-clés : eau saline, ingestion, digestion, métabolites sanguins, ovins.
Etude histologique des ovaires de brebis stériles d’un troupeau prolifique « W » de race Barbarine
BEN KHLIL Zohra1,2, LASSOUED Narjess2*, REJEB Ahmed3, AOUINA Mohamed3, REKIK Mourad4 1Departement de Biologie, Faculté de Sciences, Université de Carthage, Zarzouna 7021 Bizerte, Tunisie 2Laboratoire de production Animale et Fourragère, Institut National de Recherche Agronomique de Tunisie,
Université de Carthage, Rue Hédi Karray 2049 Ariana, Tunisie 3 Ecole Nationale de Médecine Vétérinaire, Université de la Manouba, 2020 SidiThabet, Tunisie. 4 International Center for Agricultural Research in the Dry Areas (ICARDA), Amman, Jordan *Auteur correspondant: Lassoued.narjess@iresa.agrinet.tn

RESUME

Le troupeau W d’ovins de race Barbarine est un troupeau sélectionné sur la base de la prolificité qui est en moyenne de 160%. Des endoscopies effectuées sur les femelles de ce troupeau avaient mis en évidence des ovaires d’apparence lisse et moins développés chez des brebis stériles. Une étude histologique a été menée afin de caractériser le tissu ovarien et de déterminer l’origine de cette stérilité chez ces brebis. Deux brebis adultes stériles et deux fertiles ont été utilisées dans cette étude. Une ovariectomie unilatérale a été pratiquée et les ovaires prélevés ont été fixés dans le formaldéhyde. La méthode utilisée pour l’histologie est celle à l’Hémalun Eosine. L’étude histologique montre que les brebis fertiles ont des ovaires avec des follicules à différents stades de développement folliculaires ; follicules primordiaux, primaires, secondaires, à antrum et mûrs avec présence de corps jaune. Par contre, chez les brebis stériles le développement folliculaire ne dépasse pas le stade de follicules primordiaux et follicules primaires. Ce blocage de la folliculogénèse est la cause principale de la stérilité irréversible rencontrée au sein du troupeau W.
Mots clé :Brebis, Prolificité, Stérilité, Folliculogénèse.
Evaluation de la durabilité et des stratégies d’adaptation des exploitations agricoles familiales: Cas de la zone d'El Amaiem-El Fahs - Zaghouan
Ibtissem TAGHOUTI, Chaima DERBALI, Mohamed ELLOUMI, Lassaâd ALBOUCHI

RESUME

La présente étude a été menée dans le but d'évaluer la durabilité des exploitations familiales de la région d'El Amaiem appartenant au gouvernorat de Zaghouan, choisie comme zone d'étude, et de comparer le niveau de cette durabilité entre deux périodes. En se basant sur un échantillon de 30 agriculteurs, une analyse dynamique a permis d’étudier l’évolution de la durabilité entre deux périodes (2007 et 2014). La méthode IDEA (Indicateurs de la Durabilité des Exploitations Agricoles) a été utilisée pour calculer des indicateurs économiques, environnementaux et sociaux. La combinaison de ces indicateurs montre ainsi que globalement la durabilité des exploitations agricoles familiales a enregistré une légère amélioration de 2007 à 2014. Ceci pourrait être expliqué par l’amélioration des prix des produits agricoles ces dernières années et par l’ensemble des stratégies d’adaptation adoptées par les agriculteurs. L'analyse a permis aussi de mettre en évidence l'importance de l'agriculture familiale comme un mode d'agriculture durable sur les trois dimensions : écologique, socio-territoriale et économique.
Mots clefs : Agriculture familiale, Durabilité, Sécurité alimentaire, Tunisie

 

 

 

 

PUBLICATIONS



ANNALES DE L'INRAT

Tarif
Tunisie: 15DT
Pays du Magreb :20DT
Autre Pays :25DT

* Les collections sont accessibles à l'INRAT, Unité d'Information et de Documentation Scientifiques. Rue Hédi Karray, 2049 Ariana. Tunisie.

 

Archives de l'Actualité

    Année 2013 (9)
    Année 2012 (12)
    Année 2011 (10)
    Année 2010 (7)



Image